ven. Oct 18th, 2019

Décharge devant la maison des associations.

72038517_2931572313536966_2397666751417417728_n.jpg Le hasard veut que de temps à autre, des signes de laxisme et d’indifférence, de certains, apparaissent à leur niveau, devant leurs portes, comme s’ils surgissaient pour nous interpeller sur les comportements et l’ampleur de l’indifférence, qu’ils dont  émettre.  Et lorsqu’il s’agit d’un état de chose, devant  une administration, c’est de la sorte que l’on peut reconnaître, la  qualité du gestionnaire, devant l’abondance des salissures, qui se présentent  à eux.

Ainsi le tableau, que l’on découvre devant la  maison des associations de la wilaya de Sidi Bel abbés dans la zone du vieux quartier de Sidi Djilali,  nous démontre, que ceux qui gèrent cette structure, ou  se réunissent les  associations, qui n’ont pas de domiciliation, semblent adorer la coexistence des ordures devant leur portes. Alors, voila que devant cette infrastructure,  en l’absence de pot de fleur accueillant, tolèrent sans complexe, la prise de place d’une décharge sauvage qui gonfle sa poitrine, pour narguer tout contestataire.

Cela  dénote non seulement, une cécité  collective du personnel de cette structure, mais surtout un non respect des voisins envers  cette  maison des associations et ce  « dur message », qui fait croire que le voisinage,, est prêt à faire plus que cela pour  démontrer son mépris  vis-à-vis  de cette maison, qui semble ne pas  donner le bon exemple.

Aussi, es-ce-que le responsable de cette structure, n’ont pas de téléphone pour  saisir  Nadifcom ou l’A.P.C sur  l’existence de cette décharge, qui  très bientôt  bloquera la porte d’entré, si on laisse faire les pollueur ? Le responsable, ne peut il pas  intervenir  auprès  de la police de l’environnement, pour  dénoncer grâce  à la veille du gardien  ceux qui déposent leur saleté ? Le responsable  ne pourrait il pas faire  un petit volontariat pour  enlever ces ordures, lui qui loge des associations, qui prônent très souvent  le volontariat ?

Alors, il devra  se rappeler que cette image est intolérable et que  les associations qui frôlent le seuil de cette structure, doivent  apprendre à  balayer devant leur porte, pour ensuite aller  l’exiger des autres..