mer. Avr 1st, 2020

A Ben-Hamouda le défaut de l’éclairage public fait répandre l’insécurité : qui en serait responsable?

Du provisoire au durable  nous cherchons toujours où est le véritable  responsable.

obscuritéDepuis plusieurs mois les habitants des cités de la nouvelle ville de Sidi-Bel-Abbes   (BENHAMOUDA ) plus précisément aux lotissements  S6 et S3  , expriment  leur mécontentement  par le sort réservé à   l’autorité  administrative communale  n’ayant  pas su  résoudre  le problème  entre ses services et celui  de la Direction de l’urbanisme ( D.U.C.) chargée  de l’opération de la prise en charge  du branchement de la nouvelle installation au niveau de la niche  de l’éclairage public communal  (appareillage ) située au lotissement  S.6  pouvant alléger  la charge que supporte  le poste défaillant  au lotissement S.3 . Ces coupures répétées de l’éclairage public à travers leurs  quartiers  et leurs voisinages  la nuit venue, sont plongés dans l’obscurité  et l’insécurité totale.

Malgré les demandes d’intervention auprès des administrations concernées   le problème persiste et demeure d’où  le risque  court dans les milieux de nos cités et de ses alentours

Les déplacements nocturnes des citoyens se limitent à partir de la nuit tombée laissent la crainte et le risque d’agression  une insécurité plane autour des cités même pour ceux qui se lèvent tôt pour  la prière d’ El- Fajar à la mosquée ainsi  pour ceux qui rejoignent leur  travail  tôt avant le lever du jour , surtout lorsqu’il s’agit d’une intervention (secours)  que personne n’y peut accéder dans l’obscurité.

Plusieurs vols d’habitations et d’agressions  ont été enregistrés au lotissement S.6  par les services de la sureté urbaine  du 11ème (Ben-Hamouda) Selon les propos tenus  du comité de quartier en occurrence Mr Chadli.

Il s’agit d’une responsabilité que les administrations concernées  doivent prendre en charge  quant à la sécurité des biens de l’Etat et celle du citoyen.

Nous souhaitons une intervention rapide de la part des autorités concernées et mettre fin à nos souffrances ont déclaré ces habitants.

 

O. Abbas.