mar. Août 11th, 2020

Après le commerce informel, l’état par ses services de sécurité doit s’attaquer de front au grand banditisme galopant.

Pas un jour ne passe sans que les médias et les journaux nationaux ne fassent état d’un fait de grand banditisme et qui parfois surpasse la chronique par sa technique, les moyens sophistiqués utilisés et par son mode opératoire, à la façon d’un film d’action hollywoodien.

 

La wilaya de Sidi-Bel-Abbès, avait connu ces derniers mois plusieurs tentatives réussies de vol qualifié avec ou sans effraction de bureaux de poste (Ben-Badis, Belarbi…etc.) ayant été l’objet d’énormes pertes en argent  et qui probablement se seront jamais récupérées.

De même que beaucoup de cas d’agressions furent enregistrés, y compris dans la journée d’hier une voiture de marque Renault Mégane de couleur blanche fut subtilisée à son propriétaire qui s’est absenté momentanément au vu et au su de tout le monde au niveau de la cité BREMER.  

 

Aujourd’hui on apprend dans la presse nationale, l’attaque d’un fourgon de transport de fonds à M’sila appartenant à une entreprise privée où 1,5 milliard de centimes serait dévalisé par les ravisseurs en plein jour (à 13h) et en milieu urbain (zone industrielle).

 

Le fait grave dans cette affaire, est que les assaillants ont fait usage de leurs armes (fusil de chasse), blaisant les trois personnes à bord, avant de s’attaquer au véhicule pour commettre leur forfait et disparaitre dans la nature avec la manière la plus déconcertante.

 

L’état et tous ses services de sécurité sont interpelés urgemment, afin de mettre en œuvre une politique cohérente de lutte efficace contre ce nouveau genre de banditisme gravissime, qui depuis l’avènement de la décennie noire n’a pas cessé d’étonner par une évolution spectaculaire dans les moyens utilisés et dans les méthodes opératoires, de quoi inquiéter sérieusement les populations et doit tirer la sonnette d’alarme aux pouvoir décisionnel afin qu’il puisse s’atteler à le prendre très au sérieux et couper ses tentacules au stade primitif avant que ça ne dépasse les capacités de nos services sécuritaires et rentre en interconnexion avec la mafia internationale et là, les choses deviendront beaucoup plus compliquées et plus complexes.

 

Les services de sécurité sont appelés à se mouvoir dans les meilleurs délais, et à se métamorphoser efficacement afin de lutter avec des moyens adéquats et avec des méthodes scientifiques à la hauteur des ruses maléfiques usitées par les malfrats dans le strict respect des droits de l’homme.

 

L’état doit user de tous ses moyens pour combattre l’insécurité sous toutes ses formes, pour protéger les biens et les personnes, car il y va de sa pérennité.     

     

 

 

Fouad.H