jeu. Août 22nd, 2019

Et dire que des déchets spéciaux, qui  menacent l’environnement et la santé publique, sont encore stockés .

Lors de la dernière cession de l’APW, le directeur de l’environnement de la wilaya, a en quelques sorte, avoir tiré la sonnette d’alarme sur la présence de ces déchets spéciaux stockés et dissimulés sans possibilités de traitement au niveau de certaines entreprises. Il s’agit en effet de déchet  qui très souvent, sont  le produit des activités industrielles, exercées dans la wilaya et particulièrement au niveau de sa zone industrielle et qui s’est cumulé, durant de nombreuses années.

L’on citera, alors en exemple, une importante quantité de boue noirâtre produite  par la station d’épuration des eaux de l’entreprise ENIE dans la zone industrielle. Des rumeurs, qui circulent parviennent à faire admettre les risques que cet état de chose à fait endurer auprès des travailleurs, à savoir l’affection  cancéreuses, mettant en évidence des employés  qui sont décédés par le cancer juste après, qu’ils soient mis  en retraite.  L’on évoquera aussi une  quantité, estimée à 72 tonnes de résidus de l’entreprise SONACOM,  qui est un produit des opérations d’épuration des eaux usées avec du cyanure, qui est un poison particulièrement  meurtrier, en la fraction d’un temps tres réduit  à une très faible quantité présente dans les fruits ou quelconques autres aliments. Le constat des services de la direction de l’environnement avance aussi la présence de 50 transformateurs électriques contenant des huiles très polluantes, en pannes au niveau de certaines entreprises à travers la wilaya, contenant plusieurs quantités d’huiles pas très dégradables. Les scientifiques estiment que d’éventuelles fuites peuvent donc entraîner des dégâts considérables sur l’environnement en général et constituent un véritable danger à la santé publique en polluant particulièrement la nappe phréatique

Les déchets phytosanitaires, figurent également  dans la liste noire et dont le délai  de péremption est terminé, en plus des pesticides pour lutter contre les criquets et autres, qui sont stockés au niveau des CCLS  de la ville de Sidi Bel Abbès, celle de  Mostefa Ben Brahim,  de Tabia et  de Mezaourou.  Ainsi que d’autres déchets  aux quantités importantes telles que le fer, l’aluminium et le plastique, qui doivent éveiller l’attention pour leur judicieuse collecte.

Il y a lieu de rappeler, que lors de cette session ordinaire  du 03 juillet 2019, la  commission de l’environnement de  l’APW n’a pas manqué, dans son intervention,   d’exprimer les  inquiétudes citoyennes  et de formuler des recommandations, pour la prise en charge immédiate, en vue d’engager les mesures de  traitement de ces produits dangereux pou l’environnement et la santé publique. L’on comprendra aussi, que malgré les  efforts déployées , par la direction de l’environnement, il reste beaucoup à faire, surtout lorsque la mission doit être partagée, vu que la préservation de l’environnement est l’affaire de tous.

 K.Benkhelouf