lun. Déc 2nd, 2019

Irrigation des surfaces cultivables au menu de la vulgarisation 

Le secteur de l’agriculture, dans son souci d’être au diapason du développement du monde agricole, décide de lancer le défi de la productivité  céréalière, en  favorisant l’emploi de  technicité moderne tout en augmentant le champ d’action, à travers l’ensemble des terrains cultivables de la wilaya au nombre de 190.000 ha, dont 4660 ha irrigués. A cet effet, l’association de  la vulgarisation de l’irrigation agricole, qui effectue plusieurs visites de sensibilisation à travers la wilaya, a organisé un regroupement de 85 agriculteurs dans la daïra de Sidi Ali Benyoub, après la même opération à Sidi Ali Boussidi, pour les sensibiliser à augmenter le potentiel d’emploi des terres irriguées. Cette rencontre, avec la collaboration de plusieurs partenaires du monde agricole, celui de l’hydraulique, de l’environnement, de l’office  hydrographique, a permis d’informer les agriculteurs possédant des retenues d’eau, bassin et puits, pour bénéficier de la disponibilité de leur approvisionnement en eau régulièrement. Et c’est pourquoi, successivement, les communicants, dont l’expert agricole Bada Abdelkader, qui, à travers son  intervention,  expliqua : « l’irrigation agricole. Il s’agit, ni plus ni moins, d’une technique qui consiste à fournir de manière artificielle la quantité nécessaire d’eau dont aura besoin un terrain agricole pour assurer une production et un bon développement ». il ajoutera « les surfaces importantes de terre qui restent incultivables, soit pour des raisons techniques, mais très souvent par manque d’eau, et la mise à disposition d’installations d’irrigation peut rendre une grande partie de terres exploitables et augmenter les rendements. L’irrigation agricole est une technique artificielle utilisée pour augmenter les rendements, mais également pour pallier au manque d’eau de pluie ».  Un autre intervenant dira : « Il a été prouvé que la productivité sur les terres irriguées dépasse considérablement la productivité sur les terres non irriguées ». M. Bendida Walid, président de l’Association dira que « la  mission de l’association est de convaincre sur l’importance d’augmenter les terres non cultivée, en les irriguant, avec la disponibilité de techniques modernes. Il va sans dire que, la productivité des terres dépend indéniablement de la disponibilité de l’eau et de la connaissance du besoin précis de l’agriculteur. Ainsi, si l’eau de pluie n’est pas suffisante, cette alternative est l’unique solution. L’irrigation est pour les grandes surfaces. L’irrigation offre une stabilité de pluviométrie et une garantie pour les cultures de ne pas souffrir de stress hydrique suite aux potentielles sécheresses ».

Par K.Benkhelouf et Y.Nouaoui