lun. Mai 25th, 2020

Le patrimoine écologique de Sidi-Bel-Abbés Sérieusement Amoché : à quand la prise de conscience ? Qui doit protéger Oued Mékkera et le lac Sidi M’hamed Benali ?

La description de la région de Sidi Bel Abbes selon sa position géographique ainsi qu’à ses environs  favorisent l’équilibre de l’écosystème. L’ignorance et les bêtises découlant d’égoïsme ou d’entêtement irréfléchi des responsables concernés celle de l’autorité administrative   ont fait courir des actions  très graves dont les conséquences sont tellement catastrophiques ont causé un déséquilibre   sur notre environnement, cette perturbation devenue menaçante, qu’aujourd’hui il nous est difficile de rétablir par le procédé correction et dont les conséquences sont désastreuses pour un équilibre de l’écosystème en général   ce que l’inexpérience et l’inconscience de l’homme autorité a pu entraîner toute une région à la pollution une menace environnementale  sans se rendre compte de la dégradation de la nature.(activité touristique exagérée).

025Quelques bases fondamentales nous ont permis de présenter un rapprochement des expériences catastrophiques  exécutées sur  les principaux sites qui sont à la fois un patrimoine  tel que le lac sidi M’hamed Benali  qui devrait être  classé par convention RAMSAR comme zone humide Il est alimenté en grande partie par le canal créé dans les années 1940 entre l’oued Mékkera et l’oued Sarno. Ce canal est destiné à diminuer les débits de crue de l’oued Mékkera, et  dévie  les risques d’inondation, au niveau de Sidi-Bel-Abbès ; il ne fonctionne que lors des crues aujourd’hui de visu nous remarquons son dessèchement, d’où la forte  progression de la vase empêche la survie des espèces aquatiques  et la disparition d’espèce d’oiseaux migrateurs.

La cartographie écologique fiable qui est un document 572incontournable  a été modifié par l’autorité de wilaya sans avoir au préalable respecté les instruments juridiques en matière de protection de l’environnement  dont l’Algérie dispose  d’un arsenal qui s’articule  autour d’une loi cadre et de ses textes  d’applications. L’implication des directions d’exécutif  ont aussi leur part de responsabilité négligeant d’une part leur compétences qui sont sujet de mauvaise gestion  tels que les qualifie la loi d’avoir porté atteinte à la flore et la faune ainsi qu’a l’atteinte à la  végétation tout est paralysé par un corps étranger qui est l’urbanisation du site.

 L’Oued Mékkera  qui enregistre  à son tour  une alimentation polluée  par les eaux usées  laisse apparaître  une souillure provoquant  la menace directe sur l’écologie tout  le long de son lit. La station d’épuration située actuellement dans l’agglomération de la ville placée anarchiquement ne remplissant pas les conditions de traitement  mais provoque un désagrément environnemental ainsi qu’une atteinte sanitaire à la population avoisinante  par des causes étrangères aux émanations miasmatiques. 

Abbas. O