jeu. Août 22nd, 2019

Une autre  tentative  d’immolation  pour cause  de logement.

Aveuglé par le désespoir, un groupe de 11 citoyens de la commune de Bouaiche (Daira de Tenira)  exclus de la liste des 50 bénéficiaires du programme de logements sociaux, expriment leur  protestation en deux  étapes, celle de  leur famille (femmes et enfants ou maris) en bas du siège de la daïra, criant  leur amertume et mal vie et  sur le toit de la daïra de Ténira, campe leurs  fils ou mari,   depuis 3 jours dans une grève de la faim, ne se contentant que de l’eau qui  leur est donne. Désemparés et révolté par l’injustice, causée par le maire et le chef de daïra, ils menacent de se  jeter du haut ou de   s’immoler par le feu, en s’aspergeant d’essence, au cas ou aucune suite ne sera réservée à leur situation. Il y a lieu de signaler, que  certains des membres se sont mutilés au sein de la adira et sont couvert de multiples blessures sur le visage, la tète et le corps.

La dite  liste, de  50 bénéficiaires contestée depuis le mois du ramadan, est  revenue, en une autre liste, non signée, ni cachetée, de laquelle, ont été supprimées ces  11 citoyens considérés, comme ne répondant pas  aux critères des attributions,  que les autorités locales ont  présentée, aux citoyens.  Une liste de  11 personnes exclues, sans  raisons valable dressée  après un recours de 630 personnes.

Ils considèrent comme injuste, que la liste faite par l’adjoint maire, soit  changée, alors qu’il est la personne élue la plus proche des habitants, parce que connaissant la quasi totalité d’entre eux à Bouaiche. Ils se demandent pourquoi que ceux qui possèdent les éléments d’éligibilité  en tant que victime du terrorisme, ne percevant pas plus de 12.000 dinars, et  habitant la localité,  n’ont pas été bénéficiaires ? Pourquoi, on élimine un citoyen de la liste, parce qu’il vit  dans exigüité avec ses parents, n’ayant pas ou aller. Et que l’on considère comme  ayant ou loger ? Pourquoi qu’un handicapé à 100%, qui perçoit 12.000,  est  éliminé, et que l’on considère comme  n’ouvrant pas droit ? Pourquoi  être considéré comme ne répondant pas  aux critères, lorsque le citoyen habite plus de 5 ans dans la localité ? Pourquoi que travailler sous les ordres de son père, avec les moyens de son père, on est taxé d’être  propriétaire ?. Enfin un nombre important de raisons, que ces gens de l’APC et de la daïra, déconsidèrent, pour fixer à  leur guise  les attributions.

Le chef de daïra,  leur dira par contre, que la liste, a été faite par le wali, c’est alors les 11 personnes refusées d’attribution, se sont rendu ce matin 30 Juillet chez le wali, qui les a reçus, pour leur rappeler, que la liste a été faite par le chef de daïra et le maire. Sa qualité de wali ne fait que  signer ladite liste et si nécessaire, engager une commission d’enquête. « Et pour cette accusation j’interpellerais le chef de daïra à ce sujet », leur dira le wali.

En attendant, une suite  tranquillisante, les protestataires demeures sur le toit, un pied dans l’aire pour se jeter du haut de la bâtisse et de l’autre main une allumette, prête à les enflammer, sous le regard inquiétant de leur famille et des services de police et de la protection civile, qui ne cessent de calmer leur humeur et les ramener à plus de raison.

Ces citoyens mécontents, qui s’estiment lésés par le système d’attribution des logements sociaux  réclament, leur insertions dans la liste et le respect des conditions d’éligibilité pour accéder à ces logements et une plus grande transparence  et équité dans  la procédure d’attribution.

K.Benkhelouf