mer. Juin 17th, 2020

Un bel après midi d’août autour de Sidi bel abbés focus 2040 à la ferme de Haj Boualem…par Ahmed Mehaoudi…

 

Il est utile d’accompagner les projets , de les soutenir jusqu’à leur concrétisation pour dire qu’avec les temps qui courent et  la récession que nous vivons , il est bon d’encourager ceux qui pensent aux lendemains pour leur donner de la force ,  pour qu’ils continuent sans se décourager…

A sidi bel abbés  l’on a aussi le souci de se projeter dans le futur et de s’interroger dans quel environnement vivra t-on  en 2040 , dernièrement lors d’une rencontre organisée par l’association jeunesse volontaire , on a eu droit  à une conférence-débat animé par sidi Ahmed ayadoun  dans le quel le docteur K.Benabdelli   a présenté  dans le détail les grandes lignes du projet Sidi bel abbés focus 2040 , où avec éloquence il nous aura fait sentir  les réalités sociologiques et environnementales de notre région qui souffre visiblement d’un manque d’engagement d’abords des premiers concernés à savoir l’élite belabésienne gagnée par  le découragement dû au contexte difficile que nous traversons  et   qui ne  semble pas encore avoir pris conscience avec force de l’importance  d’avoir une vision du futur sur l’évolution  et les changements qui s’opère d’abord  sur le plan de la démographie et des besoins économiques de la population que ce soit dans la cité ou dans la campagne qui l’entoure …Le débat qui s’en est suivi a permis au conférencier de nous éclaircir sur la nécessité d’une intervention urgente  pour que ce projet soit  appliqué sur le terrain  car il y va  de la vie future de nos générations qui viendront après et  qui nous jugerons sur nos actes citoyens  sans parler que nous portons aussi les valeurs musulmanes comme principe de base pour espérer  bâtir une cité avec un cadre de vie  moderne  , civilisé , conviviale et de replacer Bel Abbès parmi les villes les plus urbaines  de nos villes comme elle a été conçu au départ …Ceci demande  une mobilisation de différents spécialistes à commencer par  les urbanistes , architectes , anthropologues et pourquoi pas organiser autour de ce projet au grand colloque qui pourrait faire une approche plus pratique ,aider surtout ses promoteurs  à aboutir…Il y a quelque jours , l’association jeunesse volontaire  a organisé un bel après midi amical à l’occasion du chantier national de la jeunesse à la ferme « très américaine » de Haj Boualem au cours duquel nous avons eu droit à un échantillon de ce que pourrait être une démocratie participative qui a réuni jeunes et plus âgés dans un environnement  d’une agriculture prospère  surtout quand Haj  Boualem s’est écrié  «  Je viens de la ville , je suis devenu un rural et j’ai travaillé la terre de mes propres mains et voilà le résultat » On peut aussi le dire pour un citadin qui possède la culture de la ville et à l’obligation de participer et de contribuer activement pour que la cité atteigne les normes   de ce que doit être une vie urbaine..Le point commun de ces bonnes théories reste de les transformer en concret , d’ici à 2040 tous les belabésiens sont invités  à prendre part à ce grand chantier qui au fond à le mérite d’interpeller les bonnes volontés et la générosité des citoyens …L’appel est lancé  dira Sid Ahmed Ayadoun  avec un sourire de convaincu…