dim. Mai 24th, 2020

A Sidi Bel Abbés, les enfants continuent à se baigner dans les bassins des jets d’eau !

20150626_133201L’image est devenue tristement habituelle, les enfants en bas âges  de la Mekerra sont au oued mrendez vous des bassins des jets d’eaux et ce pour  se divertir  pendant les vacances de la saison estivale, on sait que nos petits  n’ont nul part où aller c’est pour cette raison  qu’ils recourent à ces lieux publics, ils passent leur journée à se baigner dans les jets  d’eau des quatre coins  de la ville.

L’absence totale de piscine au prix raisonnable au niveau de la ville pénalise énormément les  jeunes notamment les enfants à bas âge pendant l’été surtout quand la canicule bat son plein ,vu  la position    lac géographique de la wilaya  évoquant  le seul moyen de divertissement( baignade gratuite ) imagesréalisant  l’unique espoir qui contentait jadis  les riverains « Oued Mekerra »  par ces eaux éclatantes, transparentes en abandon arrosaient la végétation en grande abondance  elles alimentaient le lac Sidi Mohamed Benali  ainsi que la marguerite du barrage Sarno ce système  constituait une gestion  écologique et environnementale  ; Or  visiblement aujourd’hui  ce n’est pas le cas  toutes ces eaux sont  menacées au point où la couleur de l’eau devient  brunâtre ou encore trouble verdâtre   ce qui explique le principal danger  invisible tient à la qualité de l’eau  qui présente des risques sanitaires  importants  0451-150x150 (1),pouvant également causer des noyades .

Lors de la dernière session ordinaire de l’A.P.W.  parmi les dossiers présentés à l’assemblée  celui du M.T.H  maladie à transmission hydrique  suivi  par la présentation  des bassins et piscines  un dossier pesant qui traîne depuis plusieurs années demeure en instance  à ce jour, c’est dans ce contexte que  la commission chargée venait à présenter  sa désolation devant l’assistance quant au manquement  de ses infrastructures (bassins et piscines) tant réclamées par le citoyen .

piscine1 Par conséquent , Si nous reprenons  les déclarations faites par Mr Hattab Mohamed Amine à l’encontre de ces interlocuteurs  lors de sa visite d’inspection et de travail en date du 25 juillet 2014  qui concernait  la piscine semi-olympique  située au complexe du 24 février   a provoqué une fois de plus la colère du chef de l’exécutif donnant instruction  aux directions concernées de déployer tous les efforts  afin que cette piscine ouvre ses portes dans un délai ne dépassant aucunement 15 jours  en ajoutant « je ne veux plus voir les enfants des cités se baigner dans les bassins des jets d’eau de la ville » Quelle honte !

Alors que le problème persiste  et le chemin vers les plages est loin, loin, loin  du rêve où nos enfants jettent leur dévolu, continuent à patauger dans les eaux polluées.

O.A.