jeu. Juin 18th, 2020

DU PETIT PERDREAU DE TLEMCEN EN 1944 AU 8 MAI 1945 A SIDI BEL ABBES

Il est difficile de saisir tous les détails et toutes les nuances dans cette atmosphère .Seule l’étude approfondie des strates de l’histoire peut répondre aux questions précises que tout un chacun peut se poser légitiment.

 

Les activités de parades (sensibilisation des jeunes et affirmation de sa propre présence).

Les activités officielles : Application de la loi scoute universelle.

Les activités réelles :

Education civique et morale

Education patriotique

Les moyens étaient limités ou inexistants, le compter sur soi prévalait. Entraînement à la vie dure : instruction politique .

 

En 1944 grand rassemblement régional ou Min Djibalina fut chanté pour la 1er fois  à Tlemcen qui a vue le rassemblement historique de plus de 450 scouts Musulmans venue de toute l’Algérie .C’est avec ce chant patriotique qui deviendra un hyme national que défilèrent les scouts à travers la citée des zianides .De l’organisation et de l’accueil

des habitants, ils en conserveront, tous un souvenir impérissable et stimulant et ce d’autant plus que trois leaders, Méssali  hadj, Ferhat abbés, et Cheikh Bachir  el Ibrahimi ont tour à tour rendu visite à ce premier camp fédéral et se sont entretenus avec ces jeunes scouts représentant la continuité et la modernité, l’espoir et l’avenir du pays. (Le chef scout Sekkal Benali se rappelle de deux scouts  Skander  de Sétif et de Abbada de Guelma qui ont assistés au rassemblement de Tlemcen et qui sont morts un 8 mai 1945.

Le  ministre français René Capitaine n’était-il pas présent ? Venu, certainement pour se rendre compte par lui même.

 

test 031

                               RASSEMBLEMENT DES SCOUTS AU CAMP DES PETITS PERDREAUX

                                                                                          TLEMCEN   1944

Les Algériens aspiraient à leur destin et venaient de le monter aux septiques et aux égarés par le biais des SMA et sa jeunesse.

Survint le 8 mai 1945 qui a ébranlé la ville de SBA comme toute les autres villes d’Algérie .Des scouts en civil en pris part à la manifestation qui a regroupé quelques 4000 musulmans environ suivie de 600 Mauresques…à travers les principales artères de la ville de S.B.A, selon un rapport officiel confidentiel.

Ils remontent la principale artère suivie par une cohorte d’enfants.  De chaque côté les adultes s’arrêtent admiratifs. A  la tête des éclaireurs se trouve Amar mokki.Les chefs scouts n’échappèrent pas à cette répression féroce, ils furent presque tous arrêtés. Nous citerons :

Le commissaire local Benghazi cheikh

Le 1er Morchid      Cheikh Abdelkader (dit Chadi)

Les routiers :   Kouider Belhadj et Naîmi mohamed

Les chefs  djellab benadji

Néhari mohamed

Abdeddaîm  bénaouda

Lalout bel abbes

Attar bel abbes

Mais c’est surtout l’arrestation de Djellil Hocine, jeune scout et lycéen structuré dans le P.P.A parmi les militants engagés, qui a marqué ses camarades dans le milieu du scoutisme ; il passera son BAC  en prison mais il l’aura quand même.Dans les mêmes geôles se trouvaient d’autres frères militants pour la même cause ,à savoir  les Attar, Djellas, Taleb, Guellaï, Amir M., Chikhi, Aïnad T. M., Belhadj, Kadi Saïd, Othmane Tani et certainement d’autres dont leurs noms nous échappes .

D’autres chefs ont pu s’échapper et se refugier en France, Bendimérad djamil, Docteur  Mebarek.

D’autres sont passés a la clandestinité (Tayebi larbi) et nous en oublions  certainement.

En 1945 Le Groupe Al Amal clôture la saison par une colonie de vacance à Port Say. La même année un grand nombre de nos frères algériens ont été victime de la répression du colonialisme.

La répression  et la surveillance étroite du local imposent une pause momentanée .Cependant la reprise de plus belle ne tarda pas a venir dés le début de l’année 1946 avec le retour de certains chefs scouts de France et ceux qui n’ont jamais désarmé à mener le combat car c’en était un, jusqu’aux portes de Constantine Camp « ATTO » qui donna une nouvelle orientation et dégagea de nouvelles données.

Les Bel Abbésiens doivent maintenant préparer un camp école préparatoire, celui ci a eu lieu en 1946  à Port Say, le groupe el-Amal  est représenté par une trentaine de scouts et avec la participation du grand chef Kerrouicha, un des rares Algériens qui s’était initiés aux techniques scoutes avec les EDF à Oran avant la guerre ainsi que Fardeheb Boumediene qui était venu de Tlemcen.

A   Sidi Bel Abbes, une nouvelle génération de chefs pris en main la destinée des jeunes scouts .Nous citerons Amir bénaîssa et Bendaoudi mohamed (commissaires locaux).

Mais le scoutisme n’était pas seulement un vecteur de l’idée nationale en tenue dans un ordre impeccable, presque militaire au pas rythmé,   .A la même époque ,à partir de la ville, le scoutisme rayonne et pénètre dans les campagnes environnante .Aussi y trouve t on des sections scouts à Sfisef ,Sidi Lahcen et Sidi Ali Ben youb ,bien que certain de ses chefs locaux soient structurés dans le P.P.A  –MTLD, le groupe S.M.A de Sidi Bel Abbes ne fera aucune distinction doctrinaire entre les différentes composantes du mouvement national .                                                                           En 1947 Rallye Régional à Tlemcen, avec comme responsable le chef Mimouni qui est venu d ‘Alger pour la sélection des scouts qui doivent participer au jamborée de la  paix qui a eu lieu à Moisson près de Paris au mois d’août..

Aussitôt, un des scouts initié a la broderie se porte volontaire pour confectionner le drapeau, tout en velours, le drapeau est moitié blanc est moitié vert, Bekkoucha Abdelkrim, jeune scout et militant  engagé, brode dessus en fil d’or le croissant et la fleur de jasmin à cinq branches

Dans le bateau « George Leignes » qui les transporta vers la métropole.

Notre  groupe  envoya  une patrouille qui fut classée  1er  .De  ce  fait  6   Bel abbesiens  sont  admis a participer au jam.  Le chef  Bendaoudi Mohamed, le CTA  Taleb Abderrahmane  les   patrouillards    Daouadji Mohamed,  Mami ghaouti,Lassouli Driss et  Sekkal  Djilali ,ont pris conscience de la mission qui les attendait en compagnie de leurs frères Algériens à Moisson (France) faire connaître leur pays et tisser des liens d’amitié avec les jeunes venus du monde entier .

Le groupe El Amal a connu durant cette période et jusqu’en  1954/55 d’autres chefs et commissaires locaux .D’autres réussites ont permis  l’élargissement du mouvement comme le lancement du scoutisme à Béni-saf suite à un camp d’été.

Nous citerons les chefs Bendella Abdelkader, Amaieur lahcene et Benghazi cheikh.

C’est ce dernier qui d’ailleurs a organisé la participation du groupe El Amal à Amboise (France) ou un défilé des SMA  eu lieu et pour la première fois le drapeau Algérien (cousu à Sidi Bel Abbes)était en tête à Paris .A son retour il fut arrêté  et les activités du groupe par les routiers fut franchement orientée vers une action imminente de la lutte armée.

Leur mérite était d’autant plus grand que la plus part activaient en plein mois de ramadhan .Le retour sur le bateau « Montcalan » fut l’occasion également de fourbir les armes pour l’avenir. .