sam. Déc 3rd, 2022

Imbroglio à l’APC de Sidi-Bel-Abbès: le maire ciblé par la fronde de ses pairs.

Ce qui était de simples rumeurs, se sont finalement avérées exactes, puisque l’actuel président de l’assemblée populaire communale de chef-lieu de wilaya de Sidi-Bel-Abbès, en occurrence Mr Boumelik Djilali, aurait été pour de longs mois, la cible d’un complot fomenté par ses propres frères-ennemis de son parti FLN, c’est ce qui est a été ressenti de ce conclave tenu à huit clos dans le secret le plus absolu dans une annexe communale située à la cité « CPR » et auquel ont assisté 24 des 43 élus à l’initiative d’un des leurs et ce, pour non seulement rendre public cette fronde qui couve au sein de l’assemblée, dans un souci de transparence, mais également pour apporter un soutien franc et sans équivoque à l’actuel maire, face à ses frères-ennemis, qui pour des raisons partisanes ont de tout temps ouvré pour imposer leur diktat tout en le déstabilisant.

La goutte qui aurait fait déborder le vase, serait cette réunion en session ordinaire de l’assemblée communale en date du 13 mars en cours, où les opposants au maire actuel ont tenté de forcer la main à ladite assemblée en portant haut la main, une dame issue du FLN au poste de présidente de la commission de l’urbanisme par seulement 19 voix, selon une correspondance adressée au chef de daïra en date du 20 mars et dont la rédaction détient une copie.

Par ailleurs, les 24 élus réunis en conclave le jeudi 19 mars, ont tenu à exprimer publiquement leur soutient à l’actuel maire et se sont fixés l’objectif de revoir la constitution du présent bureau exécutif, afin de renommer dans la transparence la plus totale, les présidences des commissions occupées par les élus « comploteurs ».

Ceci étant, si l’actuel maire est sorti vainqueur de cette bataille rangée de leadership au sein des élus du FLN, la crise au sein de l’actuelle assemblée semble être reportée à une date ultérieure à croire que les prochains jours vont apporter sans aucun doute, leurs lots de « surprises » vu que la partie adverse ne va surement pas rester les bras croisés et on va encore une fois de trop assister à de nouveaux rebondissements dans cette affaire qui faut-il le rappeler, a alimenté la chronique de la presse écrite.

Fouad. H