ven. Sep 30th, 2022

« Impoesie » le recueil de Abed Manceur , pour une Poesie autre des mots…Par Ahmed MEHAOUDI.

2abed22La fulgurance de la poésie est comme un coup de « baroud » dans les vents , sa détonation réveille tant de réminiscences  ou des évocations nostalgiques , surtout elle revisite de multiples « existences puériles » , ces vies fragmentées , éparpillés , dans notre urbaine jungle bétonnière , d’où trop de signes chaotiques circulent à travers «  des existences écrasées par le fardeau du vécu sociale ou même affectif «  , tout y est frigorifique entre argent à  griffer ou brûlure de intercommunication..il fallait donc une réponse métaphorique ou alors un langage ciselé , précis , imagé , voilà qu’arrive en début de l’année 2013 comme un gondolier chantant , à l’humour à fleur de peau , un poète , s’étant voulu anonyme , compagnons des « esquintés urbains » , un poète qui a le mal de se nommer .

Nommons le , il le faut , Abed Manceur , tout court , sans fioriture , pas la peine d’un curriculum vitae , son nom suffi  , c’est son tout premier recueil de poésie , y en aura-t-il d’autres , il vous sourirait sans geste puisque le miroir cinglant est un parcours constant, une observation lente , détaillée , un œil de lynx , une position  où les mots dissèquent  charnellement , viscéralement les zones éclairées et celles obscures pour laisser son introspection nous faire surgir les « tripes » de Bel abbès , cette ville d’exception où rien n’est comme ailleurs , où tout se joue sans vraiment un  jeu  , ou tout est ouvert et tout fermé , cité du paradoxe . D’ailleurs la préface de Thierry Renard le souligne magistralement : « il murmure à notre oreille , mais le plus souvent ,  il hurle » Le titre du recueil ne pouvait naître que d’un café, entouré de « potes », ses liseurs permanents, les  confidents de la journée au tour d’une table légendaire où se décrète l’amitié sûre. Le mot crée le trouble , l’a t-il inventé par désinvolture , par paresse , pour « piquer » , pour traduire le « ras-le-bol » de l’immobilité , la rage tranquille d’une génération qui a trop bavé de délire , malmené par une suite de  « tromperies mémorables » , devenues blasés par  la force des choses  .

« Impoésie »  , ce titre qui nous prend à contre-pied cherche plus à contrariété les idées reçues , les logiques galvaudées , les intellectualismes rhétoriques et tant de « sophismes » qui règlent nos rythmes quotidiens .Si l’on feuillette cette œuvre , l’on découvre un défilée de poèmes néo-réalisme , à la Fellini , à la Sergio Leone , parfois même celle d’un goual diseur des places publiques  , plus vivant et qui nous conte nos légendes urbaines aussi mélancolique que cocasses , lyriques , pathétiques mais au dessus de tout , vraies , authentiques , à  l’état brut .. car chose étrange, si vous lui demandez , «  Abed qu’en penses-tu ? » il vous regarderait comme le regard de Blondin du  film « le bon , la brute , et le truand » , le mégot au coin des lèvres , vous tournera les éperons , remontera sur son cheval et derrière un tas de poussière qui tournoie dans l’air , quittera la ville …Cela est « impoétique » mais disons que la clameur silencieuse finit par monter au ciel , jusqu’aux étoiles et nous faire pleuvoir de belles chansons populaires. Juste un avant goût , cet extrait infime , tiré du poème « Lecture » : « Quand je parcours nos rues  /  La métaphore s’exile  /  L’emphase s’installe  /  Les virgules défilent  /  Et point de points  c’est ainsi que les noms sont devenus antonymes  /  Préfèrent le mal de mer  que de garnir un roman inachevé . »  A-t-il terminé de dire ou commence t-il ?

Lisons-le  d’abord.

 

Par Ahmed Mehaoudi.