sam. Fév 9th, 2019

La SNTF; inadaptée à la gestion moderne ou incompétence ?

On espérait une sortie de crise de la SNCF , après sa longue léthargie, suite à la mise en service de nouveaux trains, mais  l’on constate avec regret,  que cette société est loin de pouvoir adopter les nouvelles technologies du fait, sans doute, de son incapacité à s’adapter aux méthodes modernes de gestion des voyageurs qui s’y imposent ; figée comme elle s’y satisfait aux routines éculées des chemins de fer du siècle passé.

L’annonce d’une nouvelle ère avec l’arrivée de l’autorail n’a finalement accouché, quelques mois plus tard, de rien de particulier ou de nouveau si ce n’est des machines modernes neuves, confortables au design attractif, luxueux, et des billets plus chers que les cars ou les taxis.

Ayant décidé, enfin, de prendre cet autorail, depuis Boumerdes vers Sétif, pour voir et tester la nouveauté, j’ai été contraint d’y renoncer en exigeant le remboursement de mon billet (non sans difficultés) car j’ai trouvé les wagons de l’autorail pleins à craquer alors que l’on disait que c’était « chacun sa place » ! On a même remarqué quelques places « occupées » par des « bagages » de… cheminots comme dans les années 70. Oui « réservées » aux copains où proches ! Qui debout, qui à même le plancher, qui et qui… exactement à l’image du train dont j’ai renoncé l’usage il y a… 32 ans ! On m’a informé que le « chacun sa place » n’a fonctionné que quelques mois . Ils n’ont pas pu par la suite tenir. Fini donc l’espoir d’un voyage ‘classe’, ‘sans encombre’ ni ‘stress’ . « la qualité du service et différentes prestations offertes pour offrir des produits et services en adéquation avec les attentes et les besoins des voyageurs » sera pour une autre génération ! Nos cheminots actuels semblent ne pas pouvoir s’accommoder aux nouvelles technologies en s’y plaisant à figer leurs compétences aux vieux trains de banlieues avec les mêmes comportements et travers ! Quel gâchis. Désormais ce moyen de transport est définitivement éliminé dans mes choix !

Par Djerrad Amar