jeu. Jan 21st, 2021

L’agence nationale des déchets (A.N.D) a raté sa cible lors de la journée d’étude et de formation organisée au siège de la wilaya  de Sidi Bel Abbés

C’est le moins que l’on puisse dire de cette journée de formation de haute facture organisée par l’.A.N.D au siège de la wilaya de S.B.A   le 23 novembre 2020.  au profit des responsables locaux novices en la matière, en effet, au moment où tout le monde s’attendait à une séance de concertation dans le but de tracer une feuille de route pour une véritable stratégie réfléchie pour solutionner l’épineux problème de l’appui de  la gestion intégrée des déchets (AGID) à S.B.A ( et ailleurs), l.’A.N.D s’est contenté du « SMIG », et a invité l’assistance novice  en la matière à une énième présentation académique de haute voltige sans lendemain pratique, alors que la situation à S.B.A en matière de collecte et de gestion des déchets est devenue insoutenable. Il est impensable et insensé qu’après 5 ans d’une coopération avec les belges et plusieurs cycles de formations ciblés, l’agence nationale des déchets n’a pas pu acquérir encore, la maîtrise et le savoir-faire nécessaires pour diligenter une conduite à tenir digne de ce nom et décide, enfin de descendre dans l’arène et prendre le taureau par ses cornes quitte à se faire mal en acceptant de mener ce honorable combat salutaire pour l’Algérie nouvelle alors que  la situation de la gestion des déchets n’est pas du tout  brillante malgré la promulgation de la loi n°01-19 du 12 décembre 2001 relative à la gestion au contrôle et à l’élimination des déchets et de ses appendices comme le PROGDEM (programme de gestion des déchets ménagers),l’.éco-Gem(gestion de l’emballage ) et A.N.D (agence nationale des déchets)reste encore très rudimentaire avec toutes ses cohérences et carences.

Il est temps de procéder à un diagnostic sommaire aura comme objectif de cibler surtout les points faibles de la stratégie nationale en matière de gestion durable des déchets ménagers, afin d’y remédier par une approche réaliste et pragmatique tenant compte  de la spécificité de la société. cet objectif doit être soutenu par l’installation de filières à travers des unités de traitement créatrices d’emploi comme les déchetteries qui ne nécessitent pas de gros investissement..

La prise de conscience actuelle du problème des déchets et de leur impact sur l’environnement doit nécessairement conduire vers un soutient de la filière en puisant sur le fond de l’environnement alimenté par la taxe.

O.Abbas