sam. Sep 12th, 2020

Des pluies torrentielles à Sidi-Bel-Abbés: il est tombé un véritable déluge sur la région.

Comme c’était prévu et annoncé précédemment dans les colonnes de ce journal (la pluie est de retour), et suite à un bulletin météorologique spécial « BMS » qui est d’ailleurs valide jusqu’à ce soir à 21h, la ville de Sidi-Bel-Abbés et ses environs ont connu , ces dernières 48h de fortes précipitations accompagnées de rafales de vent sous orage et de fortes baisses des températures.

Les cumuls en pluviométrie pour la région de la Mekkara, comme ils étaient annoncés pouvaient dépasser les 60 mm, de quoi donner des soucis quant au risque d’inondation et des multiple perturbations.

C’est ainsi qu’on sillonnant tôt le matin les rues de la ville, qu’on a constaté de visu un écoulement dense des eaux pluviales le long des chaussées formant de véritables flaques causant des désagréments aussi bien pour les pietants que pour les automobilistes, cet état de fait est vraisemblablement dû aux obstructions des caniveaux et leur mauvais entretien par des curages préventifs en début de chaque automne, c’est pourquoi, et afin de répondre à l’urgence, une unité des services techniques s’est attelée tant bien que mal sous une pluie battante à déboucher les caniveaux le long du boulevard de « trig Telagh ».

Un peu plus loin, à hauteur du cimetière des chouhadas, l’eau à envahi tout le périmètre y compris le barrage fixe de la sûreté nationale, faisant craindre le pire car lors des précédentes inondations les crues venaient toujours de cette direction.

Le même constat fut établi pour la région de Tenira, des rues envahies par des eaux boueuses, des caniveaux bouchés, des déchets de tout genre entassés à l’emporte pièce sur la chaussée et les trottoirs et deux agents communaux avec des outils rudimentaires peinent à déboucher un caniveau sur le boulevard principal.
En sortant du village en allant vers oued sefioun, les ruisseaux devenaient de véritables oueds, des scènes qui font peur, comme un déluge qui s’annonce, un peu plus loin des fermiers aux aguets, guettent le moindre débordement suspect qui pourra leur être fatal.

Cependant nous venons d’apprendre a l’instant même, au moment où nous rédigeons cet article, que le BMS est prolongé en validité de 24h, et que oued Mekkera et le canal qui traverse la ville d’une longueur de 13 km sont en forte crue à la limite du débordement, et que par ailleurs certaines cités du sud de la ville telles Bab dhaya et Médina Mounewara connaissent une montée d’eau pour ne pas dire un début d’inondation qui serait dramatique surtout pour les habitants qui occupent les premiers étages des bâtiments des Italiens.

Fouad.H