jeu. Nov 19th, 2020

Deux ennemis à combattre, la misère et l’ignorance ! Par Ahmed Mehaoudi.

5-V.MakovskyQui plus que Victor Hugo à travers un roman cinglant n’a pas fait un plaidoyer contre la misère , qui plus que lui n’a pas par l’écriture racler le fond de la nature humaine , la puissance d’un écrivain peut changer l’ordre des choses …En cela , nous pouvons dire que le roman « les misérables » est un grand slogan contre toutes les formes d’exploitation de l’homme , c’est un hymne fort à la liberté ….C’est aussi un roman contre la Hogra , contre tout ce qui corrompt une société , en premier l’Argent …Et voilà que ce souffle hugolien nous interpelle aujourd’hui quand sur un simple regard en survol on voit comment notre société qui pourtant s’est affranchie du système le plus inhumain qui soit , l’on voit actuellement se banaliser les phénomènes les plus obscurs , et les plus ténébreux , les plus horribles ..Et l’une des plaies qui nous ronge , c’est la misère humaine sur tous les plans , de l’esprit au corps , même l’enfance , élément qui échappe à la culpabilité est touchée par le mal dans un pays un des plus riches en ressources naturelles dans le monde au point où il peut faire vivre l’Afrique en entier …Accuser le passé colonial ne tient plus la route , l’honnêteté est de nous juger nous-mêmes . Qu’avons-nous accompli de si prestigieux ? De construire des immeubles ? Des routes ? Des écoles ? Des universités, des ponts ? des routes ? la colonisation aussi a fait ces travaux, mais la colonisation le faisait pour les pieds noirs de l’Algérie française mettant au second plan les indigènes …en 2013 , que voyons- aujourd’hui de véritables colons algériens face à de véritables misérables indigènes indépendants . S’est-on trompé de rêve pour les uns, a-t-on volé le même rêve aux autres .Le bilan est amer . Regardons l’actualité, une jeunesse perdue, sans repère, même le discours démagogique ne passe plus ..

misereDes gamins dans les rues se risquant pour vendre des petits riens , comme Gavroche , des petits enfants exploités qui ramène le sou à la famille sans le sou ou peu pour finir un mois douloureux de cherté , des gamines qui font le trottoir au su et au vu de toute le monde , ne faisant même plus attention à la morale publique , un déclin des mœurs qui saute aux yeux , la mendicité qui circule dans nos villes et en face des nababs qui devrait donner plus que tout le monde pour contribuer à diminuer ce fléau , le phénomène de la corruption qui étouffe la vie de tous algériens , des milliardaires qui vivent au dessus de la misère et sentant dans leur visage ce non-dit « Pourvu que çà dure pour apprécier notre richesse , plus il y a de pauvre , plus on sent qu’on est une race supérieure » , c’est cette pire idée qui a fait que les compagnons de LARBI BENM’HIDI se sont levés comme un seul homme pour combattre ce déni de justice et voilà que cinquante après les signes du retour colonial version algérienne n’est pas loin de nos portes …La gangrène s’installe et le corps de notre cher pays en subit déjà les affres , en haut lieu des partis qui se bousculent lors des élections et qu’on ne voit plus là où le peuple a mal ou alors des déclarations pour de prochaines élections , sans parler de la nouvelle terreur abstraite et meurtrière qui prend place dans notre quotidien..Que faire alors ? Qu’entreprendre ? Comment réagir à cette peste invisible qui nous mange si ce n’est comme l’ont entrepris les américains dans les années 40 , un NEW DEAL ,un nouveau contrat social avec en prime d’ouvrir toutes les issues à tous les hommes de bonnes volontés que ce soit dans les campagnes ou les villes de contribuer à relever le défi d’arrêter la vermine de continuer à creuser , creuser une profonde plaie , changer de discours , opérer un discours optimiste , parler la vraie langue vivante , d’abord à commencer par le monde politique , stopper ces parlottes politiciennes , ces querelles partisanes , conjuguer le changement aux quatre saisons , répondre par l’acte à la demande populaire , remettre sur rail l’initiative personnel dans tous les domaines , dépolitiser l’économie , la justice , l’éducation , les arts , inventer un rêve algérien , de nouveaux héros positif , une démocratie à la base et non imposée etc. Et tant de chantiers pour dynamiser la société dans son ensemble et surtout de s’unir contre deux ennemis communs : la MISERE et l’IGNORANCE !

Avec ce désir de vie, de prospérité on atteindra ce but inexorablement, comme c’est dit dans un verset du coran charif  « Allah change en bien un peuple si ce peuple cherche à se changer lui-même en » Ceci n’est pas un vœu pieu, c’est une profession de foi, et un acte citoyen pour l’épanouissement de notre société. ..En bon entendeur salut !

 

Ahmed Mehaoudi