mar. Mar 31st, 2020

KHEIR NEBIA DITE » CHADIA » : une très belle femme qui se sacrifie pour l’indépendance de son pays, une leçon de patriotisme à méditer.

Quand la solde des moudjahidine est au rendez-vous des opportunistes et que je vois se précipiter vers les guichets des personnes qui n’ont rien fait pour la révolution algérienne et quelquefois ont agi contre les intérêts de celle-ci ,je reste pensif à certaines figures qui ont marqué ,au sacrifice de leurs vies ,l’indépendance de leur pays ,entre autre Feue KHEIR NEBIA dite CHADIA ,une femme éblouissante de beauté qui a choisi le camp de la justice et la voie de l’ISLAM pour combattre aux cotés de ses compatriotes en vue de libérer son pays du joug du colonialisme. Une Bélabésienne à la fleur de l’age ,à l’instar de ses amies d’armes SORIA Bendimered, Tayeb Brahim fatiha ,Adim Fatiha…. et frères d’armes aussi Si Abdelkrim ,Si el madani ,HORR Abdelkader ,ARRAR Adda,Amor Med ,KADI TURKI Aissa et d’autres ,elle a choisi de mourir ( FI SABIL ALLAH ) pour que vivent les algériens libres et indépendants de la colonisation des croisés sur une terre musulmane . A la suite de son engagement au sein du « NIDAME » ,elle fut investie ,pour confirmer son adhésion , de la concrétisation d’une opération militaire en posant une bombe à un endroit désigné ,ce qu’elle fit avec succès. Devant son engagement ,son courage et sa détermination ,elle fut désignée responsable de la « Fida » à SBA et TEMOUCHENT. Recherchée activement par la police et l’armée elle trouva refuge tantôt chez ARBOUS Med qui habitait el GRABA ( ancien responsable de la station SONELGAZ à GAMBETTA ), tantôt chez El AICHOUCH EZZAKMOUTIA à SIDI AMAR ,tantôt chez sa famille à GAMBETTA. Malgré toutes les précautions d’usage et à cause de la délation de certains opportunistes qui se sont reconvertis à l’indépendance moudjahidine ,elle fut capturée puis torturée dans la ma3asra de la route de mascara et emprisonnée à la prison de BAUDENS où elle arriva à s’échapper pour continuer le combat parmi ses « sœurs » et ses frères d’armes. Hélas ,la liberté ne fut que de courte durée puisque elle fut de nouveau capturée pour subir les affres des geôles de la soldatesque française et succomba sous l’effet de la torture; elle fut enfouie à la hâte ,en compagnie de trois moudjahidine, dans une fosse dans la foret de TENIRA à SBA. Leurs corps ne furent déterrés et transférés au carré des Chouhadas qu’après l’indépendance, après une cérémonie organisée par les autorités locales de l’époque.

Ces évocations doivent servir à guider notre démarche quotidienne dans notre comportement dans la vie économique sociale et politique, nous qui avons la chance de vivre libres et indépendants grâce au sacrifice de la crème de notre peuple. ALLAH YARHAM CHOUHADAS .

Par :AEK.Belamri