mar. Nov 17th, 2020

Réchauffement climatique Joe Biden promet une Amérique plus verte, les temps s’y prêtent.

Les États-Unis sont le deuxième plus gros émetteur de CO2 de la planète, derrière la Chine.

«Aujourd’hui, le gouvernement Trump a officiellement quitté l’Accord de Paris sur le climat. Et dans exactement 77 jours un gouvernement Biden le rejoindra». Le tweet, mercredi, du très probable futur locataire de la Maison-Blanche Joe Biden a relancé l’espoir d’un monde qui tirerait enfin à la même corde pour réduire ses émissions de CO2 et freiner le réchauffement climatique.

Sans surprise, la planète s’éloigne de plus en plus de l’accord historique signé en 2015 par 195 pays. Selon le dernier rapport du PNUE Emissions Gap Report, il faudrait diminuer les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 7,5% par an entre 2020 et 2030 pour limiter l’augmentation des températures à 1,5°C, objectif fixé à Paris. Parenthèse ironique, 7,5%, c’est exactement la baisse des émissions de CO2 du premier semestre de cette année, liée à la pandémie de coronavirus…

Il s’agirait donc, pour conserver cet objectif, de multiplier par cinq les efforts actuels! Dans ces conditions, le retour dans l’accord d’un pays qui représente 15% de la pollution mondiale est plus que souhaitable. «Les États-Unis sont le seul pays qui a quitté l’accord, et c’est le deuxième plus gros émetteur de CO2 après la Chine, rappelle Jean-Pascal van Ypersele, climatologue à l’Université catholique de Louvain et ancien vice-président du GIEC. Leur poids économique, technologique et diplomatique est également très important. Pour la gestion d’un problème aussi global et complexe que celui des changements climatiques, la participation de tous les acteurs est essentielle.»

Nouveaux signes d’espoir Le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris pourrait être un pas de plus dans les efforts annoncés ces dernières semaines à l’échelle mondiale. La Chine promet ainsi la neutralité carbone d’ici à 2060, le Japon et la Corée du Sud évoquent 2050. À cette date, la Pologne, énorme consommateur d’énergie fossile en Europe, aura fermé sa dernière mine de charbon. Alors les planètes sont-elles alignées? «Oui, il y a pas mal de nouveaux signes d’espoir en amont de la CO.P 26 qui devait se tenir en ce moment et a été reportée à l’an prochain. Espérons que ces intentions seront bien réalisées, sans artifices comptables, car on ne négocie pas avec l’atmosphère.»

 

 

SOURCE 24 H MONDE