sam. Jan 22nd, 2022

Le Cancer du sein : ce qu’il faut impérativement connaitre.

Introduction :

Une femme sur dix en sera atteinte. Chaque année, 7500 cas de cancer du sein sont enregistrés en Algérie, avec environs 3500 décès, à cause d’un diagnostic au stade tardif. Ce qui en fait un problème majeur de santé publique, au centre de campagnes de dépistage et de prévention nouvellement instaurées.

C’est quoi le cancer du sein ?

Le cancer du sein est une tumeur maligne qui touche la glande mammaire (sein). Les cellules malignes se multiplient de manière désordonnée jusqu’à créer une tumeur qui s’attaque aux tissus sains avoisinants. Cette tumeur peut propager des cellules cancéreuses dans tout l’organisme : on dit alors que la tumeur  « métastase ».

Qui est concerné ?

Il y a une nette prédominance féminine. Bien qu’il existe également chez l’homme (moins de 1 % de tous les cas de cancer du sein)

L’âge moyen d’apparition est de 55 ans, mais 20% sont diagnostiqués avant l’âge de 50ans et 10% avant l’âge de 40 ans.

Y a-t-il des facteurs favorisants ?

 

  • Génétiques : le risque d’avoir un cancer du sein est un peu plus élevé si une apparentée du premier degré (mère, sœur) a eu un cancer. Il existe également des familles à haut risque de cancer par transmission d’un gène anormal.
  • Première grossesse tardive après 35ans
  • Le manque d’allaitement maternel.
  • Ménopause tardive, survenant après 55ans
  • La consommation régulière d’alcool.
  • Certains produits alimentaires toxiques (colorants et autres).
  • Chez les pervers sexuels.

 Quels sont les symptômes d’un cancer du sein ?


Plus il est détecté tôt, plus les chances de guérison totale sont grandes. Il est donc important de surveiller attentivement les modifications de votre poitrine.

Le cancer du sein se présente le plus souvent sous la forme d’une petite boule qui peut être palpée parfois par la patiente elle-même. Cette petite boule peut également être visible sur une mammographie.

Les signes d’appel qui doivent amener à une consultation sont :

  • Une nouvelle grosseur au sein ou à l’aisselle,
  • Une modification de la forme ou de la taille du sein,
  • Un écoulement par le mamelon,
  • Ou encore tout changement de l’aspect de la peau du sein: crevasses, pigmentations…etc.

Cependant il faut envisager les examens à faire sans trop d’anxiété puisque sur 5 grosseurs examinées, 4 sont totalement bénignes.

 Que faire en cas de suspicion ?

Consulter votre médecin traitant qui vous prescrira une mammographie, si nécessaire complétée  par une échographie.

Cependant le seul moyen fiable pour faire la différence entre un cancer et quelque chose de bénin reste le prélèvement, soit par cytoponction (avec une petite aiguille), soit  une biopsie (c’est à dire un prélèvement d’un petit fragment de la tumeur qui a été trouvée), afin de faire une analyse des cellules au microscope.

 Pourquoi et pour qui le dépistage ?

Plus un cancer du sein est détecté tôt, plus les chances de guérison sont grandes. Ce qui permet également de réduire l’agressivité des traitements instaurés pour un coût moindre et un meilleur confort des patients.

A tout âge :

La pratique  de l’autopalpation mensuelle des seins est un reflexe que toute femme doit avoir.

Un examen clinique méthodique et régulier des seins (par le médecin) est recommandé.
A partir de 50ans :

Votre médecin traitant ou votre gynécologue vous fera pratiquer une mammographie tous les 2 ans au minimum, annuellement s’il estime cela nécessaire.
En Algérie :

Depuis 2010, le «dépistage organisé» est accessible aux femmes à partir de 40 ans, il est gratuit pour les assurées CNAS.

Une fois le rendez-vous pris, les femmes sont orientées dans les centres de référence pour une mammographie et une échographie mammaire.

 

Quel sont les traitements ?

En premier lieu une chirurgie : conservatrice qui ne retire que la tumeur, ou ablation totale du sein en fonction de l’évolution + curage ganglionnaire axillaire partiel ou total en fonction de l’indication.

  • Chimiothérapie qui a pour but de supprimer d’éventuelles cellules tumorales résiduelles non détectables et de prévenir les rechutes.
  • Hormonothérapie, qui sert à bloquer la sécrétion d’hormones afin d’empêcher la prolifération des cellules tumorales. Elle sera proposée seulement si la tumeur exprime des récepteurs aux hormones (60-70% des cas).
  • Radiothérapie : Il s’agit d’un traitement utilisant des rayonnements ionisants qui cassent les brins d’ADN du noyau, empêchant ainsi la multiplication des cellules. Elle est indiquée afin de diminuer le risque de rechute locale et/ou régionale du cancer du sein.

Le taux de cancer du sein est en nette progression en Algérie, pour des raisons qui nécessitent une enquête épidémiologique sérieuse du ministère de la santé, en faisant un problème majeur de santé publique. Les campagnes de prévention et de dépistage ont pour but la détection précoce pour une meilleure prise en charge, une meilleure survie et une réduction importante dans les couts des traitements.

Source médicale.

Dr : HOCINE Fouad.