sam. Nov 21st, 2020

Le football, culture , commerce ou passion ?…

 Il y a plus d’une quarantaine d’années, l’homme marchait sur la lune, on pensait alors que c’était une de plus  l’invention la plus fantaisiste  des américains  au point où même aujourd’hui l’on se demande  si ce n’était pas une belle farce. Vrai ou faux, la conquête de la lune a toujours fait rêver mais la plus grande conquête  et cela  se confirme à notre époque reste sans rival sa majesté le football.

On devrait même instituer  l’ONU  de la balle ronde tellement cette pratique sportive a balayé tout sur son passage. On s’occupe  plus  des onze joueurs  qui évolue sur un terrain de foot qu’un gouvernement  de la plus haute compétence. C’est même  ce qu’il y a de plus réussi dans  le concept de  Société de consommation , le football devient même l’âme de ma mondialisation , il n’y a qu’à voir qu’un média comme Djezeera  par le biais d’un petit stade  , d’un ballon et de deux filets réuni en 90 ou 120 mn plus de gens que  les politiciens américains ajouté  aux politiciens du monde entier  …Cela prouve  que  ce que l’humanité qui s’est construit  dans les domaines  scientifiques , et philosophique  s’est laissé emporté par ce cyclone qui non seulement  occupe  notre temps de vivre mais range au second plan toutes les stratégies et les géostratégies  surtout  d’avoir élevé au rang d’idole  un tout  jeune homme Messi  lequel  grâce à quelques bonnes passes , un sens du but , possédant une maestria hors pair  est considéré comme  le Roi absolu de la planète  devant les yeux hagards du monde entier . en cela c’est la représentation même  de tout ce qui n’est pas une élite intellectuelle ou politique , c’est la revanche des peuples contre les  pouvoirs censés  produire de l’intelligence  et voilà  que sa  Sainteté  La RUE   crée le printemps  de chaque pays ,  destitue ou  consacre selon le bon vouloir  des matchs  pacifiques ou violents .  Voyez quand un adverse a l’outrecuidance de toucher  la cheville de Messi , un grand silence  mondial envahit les cœurs ,  peur pour  ce précieux  seigneur  du football et quand il se relève , juste en boitillant on  respire mieux  , on lève les mains au ciel .  Sans parler  de la guerre  des  salaires faramineux  ingérable même par les plus grands banques internationales  , et l’on se dit  que nous sommes dans la 5eme dimension  quand on jette un regard générale sur la pauvreté , les destructions de pays , les ravages de populations , les marchands de canons , les marchands d’esclave , les paradis artificiels fiscaux e bananiers et ce concert infâme de  flageller de ces satellites qui à longueur de journées nous envoient les images les plus  monstrueuses  de l’histoire  , mais  pour  les peuples de football  ce ne  sont que des bruits et fureurs  des Macbeth de la réalité car pour eux  la priorité est au stade de Nou  Camp ou de Benabeu ou Maracana et bien d’autres …Nous sommes ainsi dans le vaste mythes des héros grecs  , des gladiateurs des arènes  antiques ,  l’Histoire comme par fatalité refait  son parcours  . Est-ce le summum de notre civilisation universel   de nous enraciner  ce paradoxe  des temps moderne  celui  de préférer  trouver son bonheur  celui  de taper  ou d’être sur les gradins d’un stade et son euphorie de la victoire ou sa tristesse  de la défaite  ou    survivre à la misère existentielle  en  trouvant de vrais remèdes pour l’émancipation des hommes  ?  C’est juste une question !  Y a-t-il une réponse ?

 

Il y a plus d’une quarantaine d’années, l’homme marchait sur la lune, on pensait alors que c’était une de plus  l’invention la plus fantaisiste  des américains  au point où même aujourd’hui l’on se demande  si ce n’était pas une belle farce. Vrai ou faux, la conquête de la lune a toujours fait rêver mais la plus grande conquête  et cela  se confirme à notre époque reste sans rival sa majesté le football. On devrait même instituer  l’ONU  de la balle ronde tellement cette pratique sportive a balayé tout sur son passage. On s’occupe  plus  des onze joueurs  qui évolue sur un terrain de foot qu’un gouvernement  de la plus haute compétence. C’est même  ce qu’il y a de plus réussi dans  le concept de  Société de consommation , le football devient même l’âme de ma mondialisation , il n’y a qu’à voir qu’un média comme Djezeera  par le biais d’un petit stade  , d’un ballon et de deux filets réuni en 90 ou 120 mn plus de gens que  les politiciens américains ajouté  aux politiciens du monde entier  …Cela prouve  que  ce que l’humanité qui s’est construit  dans les domaines  scientifiques , et philosophique  s’est laissé emporté par ce cyclone qui non seulement  occupe  notre temps de vivre mais range au second plan toutes les stratégies et les géostratégies  surtout  d’avoir élevé au rang d’idole  un tout  jeune homme Messi  lequel  grâce à quelques bonnes passes , un sens du but , possédant une maestria hors pair  est considéré comme  le Roi absolu de la planète  devant les yeux hagards du monde entier . en cela c’est la représentation même  de tout ce qui n’est pas une élite intellectuelle ou politique , c’est la revanche des peuples contre les  pouvoirs censés  produire de l’intelligence  et voilà  que sa  Sainteté  La RUE   crée le printemps  de chaque pays ,  destitue ou  consacre selon le bon vouloir  des marches pacifiques ou violentes .  Voyez quand un adverse a l’outrecuidance de toucher  la cheville de Messie , un grand silence  mondial  peur pour  ce précieux  ange du football et quand il se relève , juste en boitillant on  respire mieux  , on lève les mains au ciel .  Sans parler  de la guerre  des  salaires faramineux  ingérable même par les plus grands banques internationales  , et l’on se dit  que nous sommes dans la 5eme dimension  quand on jette un regard générale sur la pauvreté , les destructions de pays , les ravages de populations , les marchands de canons , les marchands d’esclave , les paradis artificiels fiscaux e bananiers et ce concert infâme de  flageller de ces satellites qui à longueur de journées nous envoient les images les plus  monstrueuses  de l’histoire  , mais  pour  les peuples de football  ce ne  sont que des bruits et fureurs  des Macbeth de la réalité car pour eux  la priorité est au stade de Nou  Camp ou de Benabeu ou Maracana et bien d’autres …Nous sommes ainsi dans le vaste mythes des héros grecs  , des gladiateurs des arènes  antiques ,  l’Histoire comme par fatalité refait  son parcours  .

Est-ce le summum de notre civilisation universel   de nous enraciner  ce paradoxe  des temps moderne  celui  de préférer  trouver son bonheur  celui  de taper  ou d’être sur les gradins d’un stade et son euphorie de la victoire ou sa tristesse  de la défaite  ou    survivre à la misère existentielle  en  trouvant de vrais remèdes pour l’émancipation des hommes  ?  C’est juste une question !  Y a-t-il une réponse ?

Par Ahmed Mehaoudi.